Le risque financier est élevé pour les investisseurs

Le Boulanger pense pouvoir réussir dans cette nouvelle activité mais il faut prendre un risque et investir beaucoup d'argent.

Le Boulanger a honte d'avoir fait perdre de l'argent aux Venture Capitalists.

Le risque est intrinsèque au métier du financement d'entreprises. Les Venture Capitalists calculent un risque pour chaque investissement, en sachant que s'ils ne prennent pas de risque, ils ne peuvent pas gagner beaucoup. Et il est normal de perdre certaines fois ...

Les Venture Capitalists sont partants pour financer ce nouveau projet qui leur paraît prometteur. Le Boulanger se sent moins géné et ne craindra pas de redemander à investir sur une autre initiative.

  1. Difficile d’établir un bilan financier des Transformations de rupture

    Qu’il s’agisse de création d’Entreprise ou de Transformation de rupture au sein d’une Entreprise existante, le risque est grand.
    A vrai dire, plus la Transformation est profonde, plus il est difficile d’en prévoir les conséquences financières : il existe une part de risque dans toute Transformation, ce qui explique que les talents financiers ne sont pas suffisants pour la prise de décision; il faut des convictions profondes sur la viabilité d’une Transformation. Peu d’Entreprises innovantes ont été créées par des financiers : la prise de risque nécessite une Compétence et une vision Métier. Une Transformation réussit souvent parce que l’initiateur a une vision innovante de son Marché et ne suit pas les traces de ses confrères.
    Les Business Plan des startups ne sont jamais respectés : les investisseurs le savent bien qui privilégient la confiance dans l’équipe de management à des prévisions financières aléatoires. Ils souhaitent néanmoins un Business Plan qui sert de référence et qui est mis à jour au fur et à mesure des évènements.

  2. Le bon usage avant la rentabilité

    Conscients de la difficulté à établir un bilan financier réaliste dans les Transformations de rupture, les investisseurs ont fait évoluer leur approche en 3 temps :

    • Etape 1 : prouver que le Produit ou la Solution fonctionne. Il s’agit par exemple, pour un nouveau Produit, de trouver le bon usage
    • Etape 2 : créer du volume et prendre une part de marché importante
    • Etape 3 : chercher la rentabilité

    Les expériences récentes dans les nouvelles technologies démontrent que la recherche de rentabilité dès le départ conduit généralement à l’échec.

  3. Ne pas avoir honte de l’échec

    On ne peut gagner à tous les coups : c’est en investissant dans plusieurs startups que les investisseurs répartissent leurs risques.
    L’Entrepreneur ou le chef de projet de l’Entreprise ne doivent pas avoir honte de leur échec : l’expérience acquise fait croitre la probabilité de succès des prochaines Transformations.
    Et encre une fois, ne pas hésiter à abandonner une Transformation si elle s’avère inefficace.

Licence Creative Commons
L'histoire de George Le Boulanger est mise à disposition selon les termes de la
Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Table des Matières

Commentaires

comments powered by Disqus